comment redynamisez le judo gabonais? et faire renaitre l'interet pour dans le coeur des gabs?

Vues : 23

Y répondre

Réponses à cette discussion

Gerrick..
Pour répondre a cette question c'est comme répondre au problème politique du Gabon.Je pense que un dirigeant doit se comporter comme un entrepreneur: ma foi l'équipe actuelle est a bout de souffle et en terme d'innovations elle connait ses limites. Connaissant L'intérêt de l'État pour le sport en général sinon les arts martiaux en particulier,les dirigeants actuels devraient concevoir au sein des fédérations une politique en terme de marketing et pouvoir en "vendre" les produits que sont ses champions tout en mettant en place des mécanismes rentables,nous sommes en 2009,la publicité paie chez nous ne fusse que cet exemple.
D'autre part quel est le sort de ceux qui aujourd'hui dans le cadre de l'équipe nationale combattent pour le pays surtout a un moment ou le professionnalisme est d'actualité dans le sport.La chose n'est plus a un entrainement maison ne cadrant nullement avec l'évolution des méthodes scientifiques pour les quelles chez les autres on denotte des résultats plus que satisfaisant, mais plutôt a se mettre sur le train de l'évolution en se frottant aux meilleures dans le cadre des tournois, stages de haut niveau.Et en fin de quoi devrait vivre l'athlete??en terme de sous il est tps que l'on pense a ces derniers et cela de manière conséquente par la mise en place des mécanismes qui pourraient largement satisfaire les sacrifices consenties car aujourd'hui la chose ou alors le deale devrait "donnant-donnant" entrevoir un plan de carriere sinon des alternatives devant des cas de figures avérés trouver des bourses d'études pour ceux que l'on retrouve dans les etudes,cela encouragerait la filière du haut niveau pour ce qui est de ma propre expérience, je connais bcp de jeunes qui presentement ont choisit de faire autre choses parce que tout simplement en terme de continuation sur le haut niveau et le parcours scolaire,il n'existait aucune ligne médiane.. Tu sais de quoi il en retourne mon cher Gerrick.Des idées il y'en a pleins la pelle mais bon les moyens de cette politique demeure le bat qui blesse... d'ou justement l'ingeniosite qui devrait habiter ces dirigeant afin de parer a ce genre de situations pas très encourageantes et qui entraine l'art vers le bas plutôt que le haut.
Toutefois ici tu n'as que des orientations,la vérité exige que les gens s'asseyent et pense très sérieusement au problème, il faut également pouvoir ramener les jeunes dans les dojo plutôt que de les retrouver au bar mais ça, ce sera l'objet d'un autre pan de la discussion car n'oublie pas un chose un judogi ca coute quand meme la peau des fesses au bled surtout que ce n'est pas de la bonne qualité..La encore la federation a du boulot en trouvant des mecanismes pour rendre accessible la pratique de l'art pas seulement a lbv mais dans le reste du pays tu comprends que ce n'est pas une petite affaire,car cela demande des canevas de developpement lies les uns aux autres!!!!
pour ma part ,les propsitions faites sont tout à fait fondées, et je pense aussi que les responsables de fédérations ne répondent pas toujours aux attentes des athletes et des responsables de club. Mais moi je pense que si on aime notre discipline et qu'on a des ambitions pour celle si, il est temps que les plus petites structures qui sont les clubs s'organisent non seleument pour booster leurs éffectifs, et qu'ils "s'affranchissent" de la dépendance vis à vis des fédérations. Car je suis au senegal et je connais un club qui à un président très dynamique qui se bat pour faire fonctionner son club. Au sein de son club il a une organisation assez structurée,il démarche des sponsors pour le club et parvient a faire voyager ses athlethes pour faire des tournois internationaux sans le soutien de la fédé. Et aujourd'hui ce club est à mon avis le meilleur du Sénégal. Et lors des derniers championnats d'afrique senior une de ses athletes, fary seye à fait championne d'afrique en - de 63 et elle a été généreusement recompensée Grace à son président. En general, hormis au championnat d'afrique où s'est une sélection nationale, dans certains tournois internationaux ce sont des éléments du club de st louis de senegal qui réprésente ce pays. Concernant les clubs, je dis qu'ils peuvent aussi jouer un role important dans le rayonnement international de la discipline. certe l'acces au judogi n'est pas chose facile,mais les clubs doivent récruter et continuer à former et éduquer des judokas afin que le niveau de notre championnat soit plus élévé, je suis decu de voir à chaque fois les memes tetes sur les podiums et qu'on aient des
champions sans entrainement qui ne transpirent pas en compete car le niveau est ce qu'il est.

RSS

Badge

Chargement en cours…

À propos

Anniversaires

Anniversaires à fêter aujourd'hui

G.M.A CONNECTIONS

free counters

Liens Internet de GMA

EN VEDETTE SUR GABAO ATHLETES (INTERVIEWS)

INTERVIEW AVEC LE MAITRE GHISLAIN NZEH NDONG

Ceinture noire 3e Dan et diplômé d’Etat en Kung Fu, il enseigne cette discipline au sein de l’Ecole Long Tao dont le siège est à Toulouse, avec quelques antennes ailleurs en France et en Afrique (Sénégal).

Cliquez ici pour en lire plus

          --------------------

INTERVIEW AVEC LE Maître Olivier NGUEMA AKWE

Ceinture noire 3°dan de shaolin kung fu, 2° dan de kung fu wu dang, 1°dan de Kung fu traditionnel wu tao, maître de nin-jutsu.
" Cliquez ici pour lire l'interview du Maître Olivier NGUEMA AKWE par Gabao Athletes"

           --------------------


INTERVIEW AVEC LE MAITRE BIYO'O ARMEL ( 2è DANG WUQKD)

Instructeur de Qwankido au GABON, Entraineur National Technique et Directeur Technique de la Ligue de l'Estuaire.
." Cliquez ici pour lire l'interview du maitre Biyo'o par Gabao Athletes"

GMA Wear

© 2019   Créé par Guy-Roger Nzamba.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation