Interview avec Maitre GHISLAIN NZEH NDONG, Ceinture noire 3e Dan et diplômé d’Etat en Kung Fu.

5ieme interview de Gabao Martial Arts! Maitre Ghislain NZEH NDONG (Maitre En Kung Fu)

GMA: Pouvez vous brièvement vous présenter aux internautes ?

Maitre NZEH NDONG: Je suis Ghislain NZEH NDONG. D’origine gabonaise,  je vis actuellement à Toulouse (France) depuis 1997. Ceinture noire 3e Dan et diplômé d’Etat en Kung Fu, j’enseigne cette discipline au sein de l’Ecole Long Tao dont le siège est à Toulouse, avec quelques antennes ailleurs en France et en Afrique (Sénégal).

 

GMA: Pouvez vous présenter ou définir cette discipline ?

Maitre NZEH NDONG: « Kung Fu » est un terme générique qui désigne en Occident, un art martial chinois né au célèbre temple de Shaolin au cours du Ve siècle. Les puristes parleront plutôt de Wushu car Kung Fu peut se traduire par savoir faire, maîtrise au bout du temps, une maîtrise que l’on peut avoir dans d’autres domaines autres que les arts martiaux. On peut donc avoir un bon Kung Fu en cuisine, en dessin ou dans les arts martiaux.

Créé à l’origine comme un ensemble d’exercices pouvant aider les moines à développer leur tonus musculaire, le Kung Fu va devenir un véritable système de combat qui contribuera à la grandeur spirituelle et combattive des moines de Shaolin. Outre l’aspect purement sportif des débuts,  les moines pratiquants vont développer un nouvel objectif qui était de créer un redoutable système de combat au service des moines afin que ceux-ci sachent se défendre contre les attaques répétées des brigands environnants.  Pour bien se défendre, il fallait savoir se battre et savoir manier des armes. Aussi, les moines vont dans un premier temps se servir des outils du quotidien comme armes, avant de pouvoir en créer d’autres. C’est ainsi que l’on retrouve de nos jours des armes comme le banc ou le bâton en trois sections qui servait au départ pour  la récolte du riz. Devenu très puissant, le temple de Shaolin va être détruit par les autorités et les moines vont se retrouver en contact avec les populations locales et étrangères à qui ils apprendront non seulement les préceptes du Bouddhisme, mais également le Kung Fu. C’est ainsi que le Kung Fu sortit du temple pour arriver à nous. En se propageant, le Kung Fu s’est enrichi de divers es techniques issues des régions qu’il a traversées. A ce jour, il existe une grande variété de styles composant cette discipline.

Sa pratique vise à entretenir la souplesse du corps, la force physique du pratiquant ainsi que son caractère. Au travers de divers exercices, le pratiquant développera non seulement des capacités en combat, mais il améliorera également la maîtrise de soi et l’autodéfense, le tout dans une philosophie de vie basée sur  le respect, l’amitié, l’entraide et la non-violence.

 

GMA: Depuis combien d’années évoluez vous dans votre discipline?

Maitre NZEH NDONG: J’ai débuté le Kung Fu en 1992 après avoir fait deux années de TaeKwondo.

 

GMA: A quelle occasion et pourquoi avez-vous commencé cet art martial?

Maitre NZEH NDONG: Comme la plupart de mes amis pratiquants du même âge, j’ai eu des références en la matière : Bruce Lee, Jacky Chan, etc. Les premiers films d’arts martiaux m’ont beaucoup inspiré mais faute de moyens, je ne pouvais envisager une pratique sérieuse en club. J’ai donc dû me contenter d’autres activités comme l’athlétisme qui ne demandait pas d’argent, vu que je pratiquais dans l’équipe du lycée. A  la fin des années 1980, un courant de violence commence à se développer à Libreville (capitale du Gabon). Cette période correspond à l’introduction du Kung Fu au Gabon. Je n’avais jamais été agressé mais je voulais quand-même apprendre à me défendre ; mais comme mes parents ne pouvaient pas me payer les cours, j’ai simplement appris à courir vite en faisant de l’athlétisme (rire). Puis, je suis allé voir  Maître Gervais, mon cousin professeur de Taekwondo qui m’a pris dans son club. A mon regret, il est tombé malade au bout de deux ans et je me suis retrouvé à la case départ. Et un jour, alors que j’étais en terminale, j’ai surpris un de mes camarades entrain de s’entraîner tout seul. Je trouvais ce qu’il faisait très beau. Il m’a alors dit qu’il faisait du Kung Fu dans un club avec le Maître Sam qui enseignait le Wing Chun et le Hung Gar. J’ai été voir ; quelques semaines plus tard, je faisais mon premier cours de Kung Fu.

 

GMA: Votre parcours du Gabon votre pays en France (historique).

Maitre NZEH NDONG: Comme je l’ai dit précédemment, j’ai commencé le Kung Fu en 1992. Vu que j’avais déjà quelques acquis avec la pratique du Taekwondo, j’ai très vite progressé. Au bout de trois ans seulement, le maître m’a proposé de suivre une formation spéciale d’un an pour passer la ceinture noire et le diplôme d’instructeur de Kung Fu. Aussi, en 1996, j’ai passé avec succès mes qualifications pour accéder au grade de ceinture noire 1er duan et Instructeur de Wing Chun et Hung Gar. Ma première expérience d’enseignant, je l’ai eue juste après, car mon maître avait voyagé pour l’étranger. J’ai donc été proposé pour reprendre en main l’école dans laquelle j’avais été formé. Il a fallu que je m’impose auprès de mes anciens camarades d’entraînements.  Ce fut très facile car tout le monde savait que je me préparais pour devenir enseignant et que nous n’avions plus de maître. Il fallait donc quelqu’un de qualifié pour assurer la suite. C’est ce que j’ai fait, et mes camarades l’ont accepté. A mon grand regret, j’ai dû quitter le Gabon pour me rendre en France pour poursuivre mes études. J’ai donc dû quitter mon club et mes élèves.  Une fois en France, j’ai été confronté à un autre problème : mes documents gabonais n’étaient pas reconnus en France. La fédération française ne reconnaissait pas mon grade ni mon diplôme d’enseignant. J’ai donc dû tout refaire. J’ai donc passé le Diplôme d’Instructeur Fédéral, puis le Brevet d’Etat qui est un diplôme professionnel reconnu. Le parcours fut long mais la première qualité à avoir en Kung Fu c’est la patience. Entretemps, j’ai créé une école de Kung Fu (Ecole Long Tao, 2001) où j’enseigne essentiellement du Choy Lay Fut, du Tang Lang, du Sanda et du Qina. J’ai fait reconnaître cette école au sein d’une des plus grandes fédérations internationales de Choy Lay Fut. Pour faire court, je suis actuellement membre de la fédération Française des sports de contact où je suis Responsable régional du Kung Fu et je forme des instructeurs qui officieront au sein de divers clubs rattachés à l’Ecole Long Tao.

 

GMA: Existe t-il à vos côtés, des compatriotes qui pratiquent la même discipline que vous ?

Maitre NZEH NDONG: En France, nous ne sommes pas nombreux (pas à ma connaissance) à pratiquer le Kung Fu. Grace au site GMA, j’ai fait la connaissance de Nguéma Olivier Lee qui vit à Lyon. J’espère que grâce au site, nous recenserons d’autres gabonais pratiquants de Kung Fu. En Chine, Luc Benza contribue à la gloire des gabonais et des africains dans le milieu des arts martiaux chinois.

 

GMA: Votre discipline est t-elle pratiquée au Gabon ? Que pensez-vous de son évolution au Gabon?

Maitre NZEH NDONG: Au Gabon, il existe beaucoup de clubs qui pratiquent différents styles. Mais l’un des styles que je pratique n’est pas enseigné au Gabon. Mon souhait est de l’y introduire. Ce n’est pas juste une fantaisie ; le Choy Lay Fut est style très puissant et très souple qui donne de réelles capacités en combat. Dans ma branche, je représente ce style en France ; c’est quand même dommage que ce style ne soit pas présent dans mon pays d’origine.

Quant au Kung Fu en général au Gabon, nous souffrons d’un gros handicap : lutte des égaux. Nous aurons du mal à réellement promouvoir cette discipline et de faire connaître les pratiquants gabonais sur le plan international.

 

GMA: Que pensez vous du niveau des arts martiaux au Gabon?

Maitre NZEH NDONG: Les pratiquants gabonais ont un très bon niveau malgré les conditions dans lesquelles ils évoluent. Certaines disciplines sont mieux placées que d’autres à cause des moyens qui sont mis à leur disposition. J’ose espérer qu’un jour on dira que le Gabon fait partie des nations mères des arts martiaux en Afrique.

 

GMA: Pour vous, quelles sont les qualités essentielles que l'on doit et que  l'on peut acquérir par la pratique de votre art martial ou des arts  martiaux en général?

Maitre NZEH NDONG: Pour pratiquer le Kung Fu, la première qualité c’est la patience compte tenu de la complexité de cette discipline. Donc si on très impatient, la lassitude prendra vite le dessus et l’abandon suivra. D’autres qualités à avoir c’est le respect, la modestie et l’humilité. Respecter ses partenaires, son professeur, les traditions, etc. Un bon pratiquant, multiple champion, si en plus il ne prend pas la grosse tête, ça le grandit. Pour se faire respecter, il faut respecter les autres, ne pas croire qu’on détient tout le savoir, accepter d’écouter les jeunes car on en apprend tous les jours même avec les moins avancés. Si je peux citer une autre qualité, c’est la détermination. Ne jamais baisser les bras même dans les cas difficiles. Il faut que le mental prennent le dessus sur le physique.

En ayant pratiqué longtemps le Kung Fu, l’on développe certainement des qualités physiques (force, souplesse, équilibre, maîtrise de soi, autodéfense, etc.), mais le plus important c’est l’esprit qui accompagne cette pratique : le Kung Fu n’est pas juste un art martial, c’est un mode de vie, une philosophie. Il faut donc vivre selon certains préceptes propres aux arts martiaux.

 

GMA: Avez-vous un message particulier à faire  passer aux internautes, pratiquants, et à ceux qui s'intéressent à  votre discipline ou des arts martiaux en général?

Maitre NZEH NDONG: Les arts martiaux se pratiquent et leur philosophie se vit. Pratiquer les arts martiaux c’est bien, mais les vivre c’est mieux. Avoir une certaine hygiène de vie peut aider à une meilleure pratique. Avoir un certain comportement permet de vous élever. Bref, je reste succinct car on prendrait trop de temps à développer.

 

GMA: Quelques mots pour le site dont vous êtes administrateur. Quelle est votre vision pour ce site? Que pensez-vous de "G.M.A"

Maitre NZEH NDONG: Je suis content que ce site existe. Je ne comprends pas comment nous avons fait pour nous en passer. C’était la première fois que j’avais l’impression d’arriver à la maison lorsque je suis arrivé la première fois à GMA. C’est pourquoi j’ai tout de suite accepté la fonction d’administrateur,  car je partage les idées, ambitions et valeurs du site. J’espère que nous pourrons un jour monter de réels projets au profit de nos frères pratiquants du Gabon. Gabao en Force, ensemble.

 

Gabao Athletes:    Merci et bien des bonnes choses!!! Gabao en force!!!

 

Page Principale du Maitre Ghislain Nzeh Ndong sur GMA


 Site Internet: L'ECOLE LONG TAO

 

 

 

 

 

Balises : arts, athletes, fu, gabao, gabon, gabonais, ghislain, kun, martial, martiaux, Plus...ndong, nzeh

Vues : 422

Y répondre

Réponses à cette discussion

Ca c'est tres bien ca! Vraiment! Continuer dans cette voie et faite briller les couleurs du pays meme si nos dirigeants ne veulent rien faire pour les arts martiaux. Ma vie est dans le full contact. Je suis le grand frere de Guy Nzamba et je suis tres fier de ce que vous faite dehors du pays. Continuer! Je viens sur le site rarement du faite que c'est pas tout le monde ki utilise les ordis chez nous et aussi manque de temps. J'espere qu'un jour tous les talents gabonais vivant au gabon et ailleurs se retrouveront pour un festival inoubliable!

On est ensemble!!!

Merci pour ta passion, ta determination, ta vision que tu as pour les arts martiaux au Gabon et en afrique et pour le bon fonctionnement du site GMA. Honneur et respect pour ton parcours. Gabao en Force!

Bravo!!!!!!!!

c'est très instructif et aussi glorieux ton parcours, je souhaite fort bien que Dieu nous donne la force de réaliser tout nos projets avenir et que le Gabon soit fort des hommes comme toi.

sportivement Me Lee

RSS

Badge

Chargement en cours…

À propos

Anniversaires

Il n'y a aucun anniversaire aujourd'hui

G.M.A CONNECTIONS

free counters

Liens Internet de GMA

EN VEDETTE SUR GABAO ATHLETES (INTERVIEWS)

INTERVIEW AVEC LE MAITRE GHISLAIN NZEH NDONG

Ceinture noire 3e Dan et diplômé d’Etat en Kung Fu, il enseigne cette discipline au sein de l’Ecole Long Tao dont le siège est à Toulouse, avec quelques antennes ailleurs en France et en Afrique (Sénégal).

Cliquez ici pour en lire plus

          --------------------

INTERVIEW AVEC LE Maître Olivier NGUEMA AKWE

Ceinture noire 3°dan de shaolin kung fu, 2° dan de kung fu wu dang, 1°dan de Kung fu traditionnel wu tao, maître de nin-jutsu.
" Cliquez ici pour lire l'interview du Maître Olivier NGUEMA AKWE par Gabao Athletes"

           --------------------


INTERVIEW AVEC LE MAITRE BIYO'O ARMEL ( 2è DANG WUQKD)

Instructeur de Qwankido au GABON, Entraineur National Technique et Directeur Technique de la Ligue de l'Estuaire.
." Cliquez ici pour lire l'interview du maitre Biyo'o par Gabao Athletes"

GMA Wear

© 2017   Créé par Guy-Roger Nzamba.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation